Vente à réméré, une autre manière d’honorer ses dettes

L’univers de l’immobilier peut paraitre vague mais bien vaste et souvent lorsqu’on désire échapper à la banque et d’avoir une grande capacité de remboursement  de ses dettes, on peut toujours se tourner vers la vente a réméré. Mais de quel principe il est question ? On vous l’explique alors en quelques lignes.

Vente a réméré : un principe incitatif

Depuis un certain temps, les surendettés ont trouvé une autre manière de respecter le délai de son remboursement et donc de se lancer à l’assaut de la vente a réméré. C’est un principe déjà appliqué à une certaine époque mais son pouvoir et sa pertinence ont repris de la vigueur dans le monde moderne. Les emprunteurs qui se retrouvent dans une situation d’impasse peuvent alors s’inspirer de ce principe en mettant en vente son bien tout  en incluant dans son contrat la possibilité de rachat. De ce fait, une fois ses dettes remboursées, il peut récupérer son bien. Cette solution donne pratiquement accès à de nombreux avantages et pas seulement pour le vendeur mais celui qui l’achètera aussi. En d’autres termes, l’acheteur est déjà fixé car il s’agit au fait d’un investisseur potentiel qui sera prêt à verser une somme importante pour un investissement à court terme. Mais même si c’est de courte durée, il peut quand même arrondir ses fins du mois et de bénéficier d’un revenus stable jusqu’à la fin de l’entente. Voilà alors le principe de fonctionnement d’une vente a réméré. Ceci dit, il présente quand même des risques dont il ne faut surtout pas négliger comme le fait de perdre son bien dans le cas où on ne parvient pas à rembourser ses dettes à temps.

La procédure à faire

Le principe reste le même qu’une vente de bien habituelle mais à la différence, on doit cibler les investisseurs. L’idée étant de les convaincre pour qu’ils acceptent une telle proposition qui se révèle être de courte durée le temps que l’on rembourse les dettes. Il va falloir dans ce cas trouver les bons arguments en mettant en avant les atouts de son bien ou alors en engageant un expert immobilier afin qu’il évalue la valeur du bien. En d’autres termes, conclure une telle affaire peut être complexe et particulièrement pour le vendeur, car même s’il gagne suffisamment de l’argent dans le cadre d’une vente a réméré, il peut également endosser d’autres frais supplémentaires. Une fois qu’on a trouvé l’investisseur, on passe ensuite au contrat. Ce dernier permet donc de protéger les deux acteurs et permet aussi de trouver un accord équitable concernant le devoir de chacun jusqu’à la durée du contrat. Dans ce cas, ils doivent s’entendre concernant le montant du loyer, la durée de la vente a réméré ainsi que les frais attribués à l’amélioration ou à la réparation du bien. Pour ce qui est des avantages, chacun peut donc tirer un grand profit. Le vendeur peut rembourser ses dettes et résider dans le bien et ensuite d’avoir la possibilité de le racheter. L’investisseur quant à lui peut percevoir un loyer mensuel de la part du vendeur mais peut également profiter d’un investissement rentable même s’il s’agit d’un délai bref.