Un prêtre camerounais continue de pratiquer des séances d’exorcisme malgré sa suspension

 

Le père Moïse Omié, prêtre depuis 2007, a été suspendu par Mgr Philippe Alain Mbarga, évêque d’Ebolowa, dans le sud du Cameroun. Il lui est reproché d’avoir organisé des séances d’exorcisme au nom de l’Église catholique brésilienne, auxquelles les fidèles chrétiens de la paroisse étaient incités à participer.

Le prêtre est donc visé par le décret « Suspens A Divinis », édité par Mgr Philippe Alain Mbarga, évêque du diocèse d’Ebolowa, le 10 août 2018. Cette décision a été annoncée publiquement le jour même et communiquée à toutes les paroisses du diocèse d’Ebolowa, chef-lieu de la région du Sud.

Selon Mgr Philippe Alain Mbarg, le prêtre Omié s’est rendu coupable d’avoir « déserté les lieux d’habitation ecclésiaux pour aller habiter au quartier en se faisant entourer de toutes les lourdeurs incompatibles à la vie sacerdotale ». Le père Moïse Omié a en fait quitté le presbytère de la paroisse, dans le centre-ville d’Ebolowa, et ses fonctions de curé pour habiter avec sa famille et pratiquer quotidiennement l’exorcisme.

Comme de nombreux témoins, Paul Azo’o, paroissien de Saint Bosco de Nko’Ovos au centre-ville d’Ebolowa, assure que « le prêtre vivait ouvertement avec une femme et des enfants ». Mgr Philippe Alain Mbarga explique sa décision : « Malgré nos monitions et nos exhortations lors de nos différentes rencontres, il n’a jamais daigné quitter le quartier ».

Le père Omié invitait des paroissiens à son domicile privé à des séances d’exorcisme et de prières. L’évêque a également déclaré dans le décret que « ce comportement et ces pratiques atypiques se justifient par son appartenance depuis août 2013 à un cercle qui n’est pas en communion avec l’Église catholique romaine. Par ce décret, l’abbé Moïse Omié est suspendu de tout exercice de ses fonctions sacerdotales à savoir l’enseignement, le gouvernement et la sanctification ».

Mgr Philippe Alain Mbarga demande à la communauté catholique de ne plus suivre les pratiques du père Omié, qui n’a plus aucun pouvoir, de ne plus se joindre à lui lors de ses séances et célébrations, et de ne plus se laisser guider spirituellement par lui.